Ce furent 3 semaines très remplies… Trop.

Si je ne poste pas vraiment depuis des semaines, si mes doigts me brûlent de ne pas pouvoir faire un peu de BD, dessin perso, petits trucs à télécharger, c’est que mon activité marche.
Très bien, trop bien. Cela fait à peine 4 mois que je me suis lancée.

Je suis dans un atelier où nous aimons bien débattre sur le concept de dessineux en petit comité.
Je pense faire partie en effet de cette catégorie « girly » comme certains aiment à me nommer. Je ne sais toujours pas si c’est une éloge, un constat ou une petite insulte.
Catégorie donc qui « suit une mouvance » sans le vouloir, qui ne dessine pas de façon parfaite et académique, qui dessine pour vendre un produit ou telle chose.
Catégorie qui blogue aussi, un peu dans la mode tabloïds comme y disent : J’ai fait ça, j’ai dit ci, ect.  Sans réellement de substance de ce que j’en comprends. Hum…

Je crois que je n’aime pas l’image simpliste qu’on renvoie aux néophytes du genre.
La méconnaissance peut porter à un jugement hâtif, comme un réflexe primal. C’est dommage.
Cela fait 4 ans que je dessine, me remet en question, me suis surprise quelque fois à en pleurer d’acharnement, je suis toujours curieuse de comprendre pour avancer, ne jamais me prendre pour qui je ne suis pas.
Au début, je dessinais par thérapie de m’exprimer, puis avec un énorme plaisir esthétique en perdant quelques lecteurs au passage qui pensaient, sans doute, que je n’avais plus rien à dire.
Et puis maintenant, je continue à travailler avec énormément d’énergie à ébaucher à me faire un nom, être recommandée, savoir m’adapter, ne plus craindre de m’être trompée de voie, de tous ces risques énormes pris pour rien.

En cela je suis rassurée. Mais que de batailles….
Batailles pour se faire une place, bataille pour la garder, être toujours à l’écoute pour deviner et se fondre à l’univers d’un client, essayer toujours de se recentrer sur son propre univers pour garder son identité/la cultiver, ne pas vendre son âme, son style, ses convictions, ne pas douter, ne pas se monter la tête, ne pas écouter ce qu’on pense de notre catégorie, ne pas être jugée, ne surtout pas se juger, continuer, persister, créer, se tromper, ne pas trop rêver, ne pas s’auto-castrer, être, être, être……

…En ce moment, je rêve d’une seule chose :  mon futur atelier dans mon appartement.
20m2 de blanc, parquet, bleu céladon, attirail à création manuelle, numérique, lieu clos et interdit pour mon oxygénation vitale,  petit labos d’expériences montrées ou pas, de la musique vieillote ou du bon folk, un espace à moi pour souffler, savoir qui je suis, ce que je veux, ce que je peux et ce que je ne peux pas me permettre, et oublier la pression. Toute cette putain de pression qui n’a fait que s’accroître en 4 ans.

Pression des autres, pression de soi, du temps qui file, de ma famille que je ne dois pas oublier, jamais. Ce n’est QUE mon travail. Ce travail là, cette immense passion dévorante qui s’empare à coups de grignottages sur ma vie, ce n’est pas TOUTE ma vie. Il y a eux aussi, et ils doivent tenir tête dans ce classement intime.

J’adore véritablement ce que je fais professionnellement, mais je suis épuisée de batailler.

Et je vois vos posts passer, vos petites BD, dessins, DIY, et autres jolies et simples choses à offrir au monde, et à l’instant où je vous écris et depuis des semaines, je me dis, et moi, et moi, qu’est-ce que je peux (m’/)vous offrir en ce moment, même si j’en crève d’envie ?…  Ben pas le choix, j’ai même pas le temps pour moi (dieu merci, j’ai eu l’instinct de survie de m’occuper de mes jambes aujourd’hui, ça craignait sa race)

Alors je fais des doubles journées, j’enchaine les contrats pour me libérer du temps pour ça, ce temps de répis, et je m’octroie uniquement le plaisir de pouvoir projeter rêveusement sur mon nouvel atelier.
Je m’ impatiente d’avoir enfin un peu ce temps,  comme au premier jour où j’ai dessiné, comme un vrai moyen d’expression, une libération, une méditation, un cadeau à soi et au monde, une vraie thérapie.
je ne pense pas être la seule à ressentir ce genre de choses, mais du moins, ça me fait un bien fou de l’exprimer.

Allez, hop, demain matin je repartirais sur les chapeaux de roues, vendredi les 5 ans de Lou et la semaine prochaine, on a les clés de l’appart’. Les vagues des femmes, up and down, tout une histoire hein..

</coupdeblues>

Allez voir le portfolio, il est presque à jour lui  ;)…


Faustineuh sur Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 Comments

Leave a Comment

  1. Savon dit :

    Comme je te comprend ^^

    J’ai fais comme toi : un dessin pour moi ce midi .. et je continuerais tranquillou quand la pression deviendra trop forte.

    Continue comme ça. C’est super ! et bravo pour votre appartement, ton futur atelier. Et, je te le redis : j’adore ton dessin. C’est léger, tendre et très touchant.

    Bisous madame :)

    • + Faustine + dit : (Author)

      Merci ma savon :)
      Ce qui est rassurant dans ce groupe de connaissance/copines/amies illustratrices, c’est la cohésion dans la souffrance avec ce genre de conneries existentielles :D

  2. yzatis dit :

    Mais c’est tellement vrai, je comprends tellement… Je ne peux que t’approuver, sur tous les points. Déjà cette catégorie girly, restrictive, limite castratrice. Ou l’on comprend qu’il s’agit de filles (pas des femmes hein, des filles…), qui dessinent des trucs de fille pour des filles. Mouais… Que dire, à part qu’il y en a qui regardent pas plus loin que le bout de leur nez. Est ce qu’on en est? Oui, par la force des choses… Mais ce mot ne veut juste rien dire. C’est comme si on parle par exemple du style chépa moi, manga, y’a plein de mangas différents, du plus commercial au plus chiadé, de l’histoire simple à la plus corsée, sans parler des autres genres… ;-)
    Bref, encore un mot qui généralise.
    Et l’illu, les contrats qui grignotent ta vie, c’est cool si ça marche, mais fais gaffe à toi… Parfois il faut ralentir la cadence pour se respecter. Je comprends bien, hein, ce que c’est, je vis un peu de la même manière et j’ai même du laisser mon blog de côté, et si tu savais, ça me manque, mais le temps aussi me manque…
    En tout cas j’adore tes dernières illus, vraiment, du fond du coeur. J’aime aussi les autres, hein, t’as toujours eu ta patte. Mais là tu t’es lâchée sur des techniques, chépa, et ça le fait juste grave.
    Je te souhaite plein de belles choses dans ton nouveau chez toi et ton futur atelier!
    Des bisous ♥

    • + Faustine + dit : (Author)

      Merci d’avoir pris le temps de répondre à ce texte perso :)
      Pas facile, des fois j’en viens à me demander jusqu’où cette passion peut aller.
      Et le lendemain matin, j’oublie, et le soir je me repose la question à nouveau.
      L’exemple de ma grand-mère est tel que je sais que vivre passionnée vaut toutes les vies du monde..

  3. Myzotte dit :

    Déjà tu as de quoi être fière de toi.
    Si ce style « girly » est sectaire, c’est quand même lui qui t’a ouvert tes portes.
    Ton trait est devenu sûr en peu de temps, à observer cela, personne ne peut nier que tu es une sacrée bosseuse, que tu en veux, que tu veux progresser encore et toujours.
    Je te souhaite le meilleur dans ton cocon familial.
    C’est aussi dans mon enceinte que je vais travailler (me lancer en solo) d’ici quelques temps… Au plaisir de t’avoir trouver sur la toile.

    • + Faustine + dit : (Author)

      Personnellement je n’ai rien contre le girly, bien au contraire, et puis ce sont à la base mes premières références !
      C’est plutôt l’image de « Tu as un vagin, donc tu fais du girly ». – OUI maiiiis… non..
      Au plaisir de te retrouver aussi Myzotte :))

  4. Lalex dit :

    Courage à toi, tu tiens le bon bout malgré tout !
    Tu as utilisé le massage qu’on t’a offert avec Julycocoon et nos hommes ? Histoire de te faire du bien ^_^ !
    Et si tu as besoin d’un coup de main pour ton futur petit paradis, j’ai l’habitude de faire les peintures murales chez les amis et chez moi ;) …

    • + Faustine + dit : (Author)

      Naaan, pas encore -_-
      Mais j’y pense tous les jours pour me ressourcer un peu, je le ferais sans doute après le déménagement, au calme, après la bataille :)

  5. Mipou dit :

    Comme je te comprends ! Ce n’est pas facile d’être graphiste et quand en plus on est catégorisé dans une branche dite « girly » il y a de fortes probabilité qu’on vous tende comme exemple non pas vos propres créations mais celle de Diglee, Pénélope ou Margaux Motin… Il ne faut pas vendre son âme au diable et s’abaisser à faire du sous Pénélope mais il faut manger et accepter des contrats ! A cela tu rajoutes les mauvais payeurs, les clients indécis, les appels d’offres qui n’aboutissent jamais, nos propres remises en questions de nos travaux, les demandes de tafs gratis ou presque (parce que dessiner c’est quand même un plaisir hein, on va quand même pas s’abaisser à demander salaire)… ça rend le job drôlement moins glorieux au quotidien.
    Mais…
    … il y a aussi les clients qui vous font confiance, les commentaires de blog admiratifs, les projets qui aboutissent, la satisfaction de voir son trait s’affiner et s’améliorer, les belles rencontres… le temps passe et on se retourne fièrement devant un parcours semé d’embûches mais franchit finalement avec plus ou moins de grâce. C’est le lot de notre travail, avec en trame de fond ce plaisir immodéré à créer et donner à voir. C’est inestimable et il faut toujours le garder en tête.

    Faustine, j’aime beaucoup ton trait. tu as su trouver ton style et il y aura certainement encore du chemin pour te faire une clientèle respectueuse et épanouissante. Ne t’attarde pas sur les défauts de notre métier et créé, le succès viendra !

    • + Faustine + dit : (Author)

      Vous ici :)
      J’aime énormément ton travail et te suis de loin, je devrais + commenter je sais je sais..
      Je suis entièrement d’accord sur la nécessité vitale de s’écarter des branches trop généralistes et s’orienter vers quelque chose qu’on veut faire passer.
      Tout le monde le fait à sa sauce, et c’est ça le piment de la vie, tant que justement on respecte chaque chemin !

  6. Lillie lutin dit :

    J’ai toujours dessiné par passion. Et je vois que je ne suis pas la seule à m’acharner, à faire passer le dessin avant tout le reste. Je rêve aussi d’un atelier, et d’une vie de dessinatrice. Tu vas peut-être mal le prendre, mais je t’envoie cette pression : quelque part, c’est un gage de réussite. Je n’ai pas la chance de réussir pour l’instant. J’avoue que je ne me suis jamais officiellement lancée, tellement persuadée de ne pas avoir assez de talent, et pétrifiée à l’idée de me planter.
    T’as eu le courage de le faire et visiblement ça marche. Pour ça félicitations.
    Après, tout le monde a tendance à catégoriser. Du moment que tu sais te définir toi-même, laisse courir ceux qui te placent dans la mauvaise case, tant que tu es claire avec toi-même ^^
    J’imagine comme la pression doit être difficile à gérer, alors bon courage ! A force, tu l’auras ton atelier ! (et peut-être que je l’aurai aussi un jour :))
    Bonne continuation !

    • + Faustine + dit : (Author)

      Merci Lillie <3
      Atelier artistes j’ai, et atelier maison j’aurais bientôt.
      Malgré tout, j’ai la sensation que + tu bosses et moins tu peux créer. Paradoxal :/
      Merci pour ce très gentil mot et je t’embrasse très fort

  7. Acr0 dit :

    Pourtant « nous » on est là, et on t’aime tellement comme tu es.

  8. Ludi dit :

    J’ai découvert tes dessins, parmi beaucoup d’autres, je n’y connais rien, je suis une vraie brêle avec un crayon à la main (oui, tu l’auras compris, moi c’est le fil et les aiguilles), et pourtant, c’est toi que j’ai choisi, c’est bien qu’il y a un « truc » chez toi qui déclenche quelque chose chez l’autre, alors peu importe la catégorie dans laquelle on veut te cantonner. Ta patte est bien là, tu proposes du vintage, du plus contemporain, du très doux, du plus cru… Tu fais peut être partie d’une catégorie, mais dis-toi une chose : tu es unique !
    Continue à amuser mes yeux de non initiée, moi j’adore !
    Et courage pour ton futur atelier… je suis en plein aménagement du mien, c’est du taf, mais c’est absolument jouissif !!! (je suis dans la phase : je me lève le matin, j’ouvre les volets de l’atelier, je regarde tout, je circule dedans, et je ressors… impossible encore de me résoudre à confectionner un truc… j’attends un déclic, je ne sais pas lequel, pour l’instant, phase d’admiration… ou d’appropriation… !)

    • + Faustine + dit : (Author)

      Avec grand plaisir Ludi, quels beaux compliments…
      J’avoue que je n’ai pas écrit ce texte pour être rassurée mais ça fait énormément de bien de lire ce genre de témoignage d’affection :)
      Tu as un blog quelque chose ? :)
      Au plaisir :)

Leave a Comment