All posts in Illustration

Ce furent 3 semaines très remplies… Trop.

Si je ne poste pas vraiment depuis des semaines, si mes doigts me brûlent de ne pas pouvoir faire un peu de BD, dessin perso, petits trucs à télécharger, c’est que mon activité marche.
Très bien, trop bien. Cela fait à peine 4 mois que je me suis lancée.

Je suis dans un atelier où nous aimons bien débattre sur le concept de dessineux en petit comité.
Je pense faire partie en effet de cette catégorie « girly » comme certains aiment à me nommer. Je ne sais toujours pas si c’est une éloge, un constat ou une petite insulte.
Catégorie donc qui « suit une mouvance » sans le vouloir, qui ne dessine pas de façon parfaite et académique, qui dessine pour vendre un produit ou telle chose.
Catégorie qui blogue aussi, un peu dans la mode tabloïds comme y disent : J’ai fait ça, j’ai dit ci, ect.  Sans réellement de substance de ce que j’en comprends. Hum…

Je crois que je n’aime pas l’image simpliste qu’on renvoie aux néophytes du genre.
La méconnaissance peut porter à un jugement hâtif, comme un réflexe primal. C’est dommage.
Cela fait 4 ans que je dessine, me remet en question, me suis surprise quelque fois à en pleurer d’acharnement, je suis toujours curieuse de comprendre pour avancer, ne jamais me prendre pour qui je ne suis pas.
Au début, je dessinais par thérapie de m’exprimer, puis avec un énorme plaisir esthétique en perdant quelques lecteurs au passage qui pensaient, sans doute, que je n’avais plus rien à dire.
Et puis maintenant, je continue à travailler avec énormément d’énergie à ébaucher à me faire un nom, être recommandée, savoir m’adapter, ne plus craindre de m’être trompée de voie, de tous ces risques énormes pris pour rien.

En cela je suis rassurée. Mais que de batailles….
Batailles pour se faire une place, bataille pour la garder, être toujours à l’écoute pour deviner et se fondre à l’univers d’un client, essayer toujours de se recentrer sur son propre univers pour garder son identité/la cultiver, ne pas vendre son âme, son style, ses convictions, ne pas douter, ne pas se monter la tête, ne pas écouter ce qu’on pense de notre catégorie, ne pas être jugée, ne surtout pas se juger, continuer, persister, créer, se tromper, ne pas trop rêver, ne pas s’auto-castrer, être, être, être……

…En ce moment, je rêve d’une seule chose :  mon futur atelier dans mon appartement.
20m2 de blanc, parquet, bleu céladon, attirail à création manuelle, numérique, lieu clos et interdit pour mon oxygénation vitale,  petit labos d’expériences montrées ou pas, de la musique vieillote ou du bon folk, un espace à moi pour souffler, savoir qui je suis, ce que je veux, ce que je peux et ce que je ne peux pas me permettre, et oublier la pression. Toute cette putain de pression qui n’a fait que s’accroître en 4 ans.

Pression des autres, pression de soi, du temps qui file, de ma famille que je ne dois pas oublier, jamais. Ce n’est QUE mon travail. Ce travail là, cette immense passion dévorante qui s’empare à coups de grignottages sur ma vie, ce n’est pas TOUTE ma vie. Il y a eux aussi, et ils doivent tenir tête dans ce classement intime.

J’adore véritablement ce que je fais professionnellement, mais je suis épuisée de batailler.

Et je vois vos posts passer, vos petites BD, dessins, DIY, et autres jolies et simples choses à offrir au monde, et à l’instant où je vous écris et depuis des semaines, je me dis, et moi, et moi, qu’est-ce que je peux (m’/)vous offrir en ce moment, même si j’en crève d’envie ?…  Ben pas le choix, j’ai même pas le temps pour moi (dieu merci, j’ai eu l’instinct de survie de m’occuper de mes jambes aujourd’hui, ça craignait sa race)

Alors je fais des doubles journées, j’enchaine les contrats pour me libérer du temps pour ça, ce temps de répis, et je m’octroie uniquement le plaisir de pouvoir projeter rêveusement sur mon nouvel atelier.
Je m’ impatiente d’avoir enfin un peu ce temps,  comme au premier jour où j’ai dessiné, comme un vrai moyen d’expression, une libération, une méditation, un cadeau à soi et au monde, une vraie thérapie.
je ne pense pas être la seule à ressentir ce genre de choses, mais du moins, ça me fait un bien fou de l’exprimer.

Allez, hop, demain matin je repartirais sur les chapeaux de roues, vendredi les 5 ans de Lou et la semaine prochaine, on a les clés de l’appart’. Les vagues des femmes, up and down, tout une histoire hein..

</coupdeblues>

Allez voir le portfolio, il est presque à jour lui  ;)…


Faustineuh sur Instagram

Rendez-vous sur Hellocoton !